LE CONQUET

ACCUEIL
ORGANISATION
LLANDEILO
LE  CONQUET
NOUS CONTACTER
HISTORIQUE
ANNEE EN COURS
COURS D'ANGLAIS




Aujourd'hui, la ville du  Conquet apparaît comme une avancée ultime du continent dans l'Océan Atlantique, face à l'île d'Ouessant et à l'archipel de  Molène.

 
Son histoire

  Le Conquet (Poulconquet en 1398) doit sa prospérité à son port, situé dans l'anse de Poulconq. Littéralement, Conq, en breton, signifie, selon les documents de référence consultés:  Anse foraine, Havre d'échouage ou Baie.
  Sa position stratégique le fit témoin et acteur de l'histoire maritime du pays. Il eut à soutenir de nombreux sièges contre   les anglais 1313, 1403, 1512...) qui  s'y établirent en 1373, laissant sur place une garnison. Après le pillage et l'incendie de la ville, en 1558, seules 8 maisons restaient encore debout. Elles sont encore visibles, la  plus emblématique  étant, sans conteste,  la maison des seigneurs , sur la partie historique du port, Quai du Drellach.
Le Conquet était, en ces temps anciens, situé sur le territoire de Lochrist, trève de Plougonvelin et démembrement de cette paroisse primitive, sans doute à l'origine de la fondation des Templiers ou des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. L'église tréviale était elle-même bâtie à Lochrist, point central de la paroisse , entre l'église de Plougonvelin et le Port.
Le Conquet devint commune à part entière en 1790, avec la Révolution, puis chef-lieu paroissial en 1857, justifiant, sur l'insistance d'une partie de la population, la décision par le conseil municipal, en 1855, du transfert, par démolition et reconstruction, pierre par pierre, en centre ville, dès 1858.  (plus d'info) site : info Bretagne

Le cimetière,  laissé en son emplacement initial,  renferme le tombeau de Jean-François LE GONIDEC (1775-1838), enfant du pays et restaurateur de la langue bretonne. Il publia le dictionnaire français-breton (1821), ....  (plus d'info)  :

 recherches.historiques-leconquet de JP CLOCHON
Si les progrès de la navigation et la modernisation des navires ont fait décliner la prospérité des temps anciens, l'héritage culturel reste essentiellement maritime, comme d'ailleurs les activités économiques d'aujourd'hui largement tournées vers la mer (pêche, tourisme). Dans l'intervalle, des activités nouvelles se sont développées puis ont disparu, comme le traitement des algues. En témoignent encore les bâtiments de l'ancienne usine d'iode, à Poulconq, en cours de rénovation. Ci-contre une photo de 1975.

Aujourd'hui
La ville compte  2635 habitants (population légale municipale au 1er janvier 2012). Voisine des communes de Plougonvelin, Saint-Renan,  Plouzané, elle  est distante de 25 kms de l'agglomération brestoise, la plus importante du département.
Petite cité maritime de caractère, Le Conquet génère, par l'intérêt de son site naturel, revisité par l'histoire, et  par sa position sur la route d'îles elles-mêmes très fréquentées, un taux de fréquentation soutenu, favorisé par une  activité commerçante diversifiée, tous les jours de la semaine, y compris le dimanche. Outre son dynamisme commercial,
Son identité maritime affirmée a contribué à en faire, depuis 2007, le siège du  Parc marin de l'Iroise, le 1er de France:
Un cadre naturel exceptionnel puisque pour un territoire de superficie modeste (845 ha), on recense sur la commune:
  •  45 kms de côtes,
  • 7 îles, de l'archipel de Molène,
  • 2 phares: Kermorvan construit en 1849 et les Pierres noires, sentinelle de 35m bâtie sur un rocher isolé face à Saint-Mathieu,
  • Le feu de Lochrist, haut de 15m, érigé en 1921,
  • Une ria - Poulconq - espace naturel sensible, préservé, riche en espèces végétales et animales protégées.
Des activités diversifiées, y compris agricoles, mais majoritairement issues de la mer:
  • Une activité commerçante  dynamique comptant un nombre significatif de restaurants proposant des produits de la mer,
  • Un port de voyageurs - départemental - assurant la laison avec les îles de Molène et Ouessant  (100 000 passagers ont transité par Le Conquet en 2011).
  • Deux ports concédés à la Chambre de commerce de Brest, depuis 2008:
            - Un port de pêche (30 navires de pêche professionnelle) spécialisé dans les crustacés et poissons "nobles" (turbot, lieu jaune, lotte, barbue...),
            - Un port de plaisance ( 176 mouillages en zone draguée et environ 100 en zone non draguée).

Petite station balnéaire

7 plages, la plus grande, celle des Blancs sablons, est longue de 2,5 kms
La qualité des eaux de baignade fut reconnue par l'attribution, en 2010, du  label européen Pavillon bleu.




Plus d'images   

Un parcours de ville, constitué de panneaux signalétiques, fait revivre les  points les plus remarquables de son identité et de son histoire.

Retour haut de page